Anorexie : mentale, symptômes, traitement, masculine...

L'anorexie aussi appelée "anorexie mentale" est une pathologie qui fait partie de la famille des troubles du comportement alimentaire (TCA). L'anorexie touche principalement des jeunes femmes âgées de 15 à 25 ans, et possède le taux de mortalité par suicide le plus haut parmi tous les troubles psychiatriques.




Définition : qu'est-ce qu'une anorexie ?

L'anorexie est un trouble alimentaire d'origine psychiatrique. Anorexie signifie "perte d'appétit". Elle se manifeste par une diminution ou une disparition de l'alimentation par absence d'envie ou refus de nourriture. L'anorexie aussi appelée "anorexie mentale" se joue en premier lieu sur le plan psychologique. Il s'agit d'un trouble mental avant d'être un désordre alimentaire. Un trouble qui se traduit physiquement, par un refus de s'alimenter et un amaigrissement souvent qualifié de suicidaire.


Cette maigreur extrême de l'anorexique va provoquer divers troubles liés au déficit de vitamines, de nutriments et, tout simplement, au manque de graisses dans l'organisme. Des troubles assez graves pour entraîner la mort en stade terminal de la maladie, lorsque rien n'est fait pour pallier les manques.

  • Trouble du comportement alimentaire (TCA) : symptômes, que faire Les troubles du comportement alimentaire (TCA) se caractérisent par un rapport anormal à la nourriture. Une prise en charge médicale et psychiatrique est nécessaire. Quels sont les types de TCA ? Les symptômes ? Comment aider une personne qui en souffre ? Le point avec Carine Grzesiak, psychologue.

Anorexie restrictive

L'anorexie restrictive est la plus fréquente : phobie de la prise de poids, rejet de toute nourriture... L'anorexie de forme restrictive est marquée par un sentiment de toute puissance et une volonté de maîtrise globale de son environnement physique, affectif, relationnel... Ce besoin de contrôle sur soi et les autres, s'accompagne chez les malades d'un rejet de toutes formes de plaisir : alimentaire, sexuel, affectif... Anorexie boulimique

L'anorexie boulimique présente des comportements boulimiques marqués par des absorptions compulsionnelles et massives de nourriture, suivies de vomissements, spontanés ou provoqués. L'anorexie de forme boulimique s'accompagne au contraire d'une profonde perte d'estime de soi pouvant évoluer vers des formes dépressives. Le dégoût et la honte de soi peuvent être en outre à l'origine d'actes suicidaires ; ces sentiments auto-dévalorisants coexistent parfois avec un attachement anormal à l'un des parents.

L'anorexie existe-t-elle chez l'homme ?

L'anorexie étant beaucoup plus rare chez l'homme, le diagnostic est souvent tardif. Elle touche essentiellement l'homme jeune, avec un profil psychologique fragile. Il s'agit plus fréquemment de personnalité obsessionnelle et hyperactives. Le pronostic de l'anorexie masculine est sévère.

Quels sont les signes ?

Cette conduite de restriction alimentaire méthodique avec amaigrissement survient le plus souvent chez une adolescente qui présente, par ailleurs une aménorrhée et une hyperactivité associée à des changements du caractère ainsi que des troubles de la perception de son corps. L' âge de début se situe avant 25 ans chez une adolescente qui justifie un régime alimentaire par un très léger embonpoint. Peuvent s' y associer des accès boulimiques, un intérêt particulier pour la nourriture, des rites alimentaires, des vomissements et la prise de laxatifs et de diurétiques. L'amaigrissement est conséquent et peut atteindre 25% du poids initial. L' aspect physique est particulier, avec effacement des formes et fonte musculaire prédominant aux membres, qui sont décharnés.


L'aménorrhée est liée aux troubles fonctionnels de l'axe hypotalamo-hypophysaire. Les troubles psychologiques peuvent être importants, avec des tentatives de manipulation de l'entourage et des soignants. La méconnaissance par la malade de sa maigreur, son absence d'inquiétude pour la maladie sont des signes pathognomoniques. Un repli sur soi apparaît progressivement ainsi qu'un rejet de toute forme de plaisir. Une tristesse voire une dépression s'installe. Enfin, les personnes anorexiques souffrent d'une hyperactivité physique. Les manifestations physiques de l'anorexie sont : frilosité, disparition des règles (aménorrhée), apparition d'un fin duvet sur la peau, chute des cheveux, ongles secs et cassants, hypotension artérielle.

  • 9 symptômes d'anorexie L'anorexie mentale est un trouble mental avant d'être un désordre alimentaire. Un trouble qui se traduit physiquement, par un refus de s'alimenter et un amaigrissement souvent qualifié de suicidaire.

Quelles sont les causes ?

Les éléments déclencheurs de l'anorexie ont été le sujet de nombreuses controverses. Sans doute faut-il en conclure que le schéma est différent d'une personne à l'autre, même si l'on relève des similarités dans leur parcours. La principale cause de l'anorexie mentale est un conflit psychologique survenant à l'adolescence. A l'origine de ce conflit, il peut y avoir :

  • un conflit avec l'un des parents ou les deux (absents, trop présent ou sévère).

  • un problème scolaire.

  • un deuil dans l'entourage proche : "Beaucoup de jeunes filles qui viennent à ma consultation ont également subi un deuil dans leur entourage proche : grands-parents, parents, mais aussi parfois frères ou sœurs, explique Franck Senninger, médecin nutritionniste et auteur du livre "L'anorexie : le miroir intérieur brisé". Sans aller jusque-là, il y a souvent la notion de perte de quelque chose. On peut se demander si, plus ou moins consciemment, la jeune fille ne trouve pas alors injuste de vivre et développe un raisonnement un peu mortifère."

  • le fait d'avoir subi des sévices sexuels dans l'enfance pourrait parfois constituer un déclencheur à retardement. Précisons toutefois qu'évidemment, toutes les anorexiques n'ont pas subi des abus sexuels.

  • le surpoids et l'incapacité à l'accepter.

  • une image du corps obsédante : l'obsession de la minceur est souvent à l'origine de l'anorexie mentale et survient de manière fréquente chez les jeunes danseuses classiques, dont la rigueur psychologique est majeure.

  • Dans certains cas, on ne parvient pas à mettre le doigt sur ce mal-être qui provoque l'anorexie.

Le profil psychologique fréquemment de la personne anorexique :

  • anxiété,

  • angoisse permanent,

  • repli sur soi et solitude,

  • tendances suicidaires,

  • conflits familiaux,

  • impression de ne pas être à la hauteur,

  • dévalorisation de soi,

  • manque de repères.

L'apparition tardive d'une anorexie est souvent corrélée à un événement symbolique, traumatique ou simplement stressant de la vie adulte. Mariage, décès d'un proche, naissance d'un premier enfant, divorce, perte de son emploi... sont autant de causes et de situations pouvant jouer un rôle déclencheur de troubles du comportement alimentaire. Imperceptibles au début, les symptômes classiques de l'anorexie s'amplifient peu à peu : phobie de la nourriture, refus de s'alimenter, rejet de son apparence physique, déni d'un état de maigreur allant en s'accentuant. Dans la plupart des cas, la prise en charge de la patiente adulte révèle d'anciens épisodes anorexiques brefs ou passés inaperçus. Le profil psychologique est décelable face à une hyperactivité et un déni de l'amaigrissement par la patiente.

Comment diagnostiquer une anorexie ?

Un des problèmes de l'anorexie, c'est que lorsque l'on s'aperçoit que la jeune fille est souffrante, la maladie a souvent déjà fait pas mal de ravages. Au départ, les personnes anorexiques n'ont pas l'air malades et semblent même en pleine forme. D'ailleurs, c'est le cas : le jeûne prolongé déclenche au bout de quelques jours un changement dans le métabolisme qui procure une sensation de superpuissance. Beaucoup d'anorexiques décrivent le fait qu'ils ont l'impression que leurs neurones fonctionnent beaucoup mieux et plus vite sans nourriture. Ce qui est souvent corroboré par le fait que les notes, à l'école, ne baissent pas, au contraire. Une sensation de bien-être apparaît également. Ces sentiments se trouvent renforcés par le fait que la personne se sent plus forte que les autres puisqu'elle seule est capable de refuser d'écouter sa faim et de ne pas succomber à la tentation de s'alimenter. Dans les premiers temps, cela passe donc relativement inaperçu. En outre, ces personnes ont l'art de faire semblant de manger pour que personne ne remarque rien. Parfois, elles mangent même réellement, quitte à tout vomir juste après.

3 vues